Keratocone

Keratocone

Définition et pathogénie :

Déformation évolutive de la cornée ( avec aspect en cône au stade très évolué) due à une réduction de la résistance du tissu cornéen.

Le contexte est multfactoriel : génétique à expression variable ( association possible à d’autres anomalies génétiques) , facteurs hormonaux,  notion de facteurs mécaniques (mircotraumastimes liés au frottements des yeux), et une fréquence particulière des allergies conjonctivales.

La cause du déclenchement est mal connue.

Il provoque une myopie et un astigmatisme progressifs.

Autres chirurgies du cristallin

Aux premiers stades, il est parfois difficile à repérer ou non repérable.

Topographie :

Asymétrie des valeurs de courbure de la cornée.
Hystérésis cornéenne basse

Avec l’évolution, il est visible en topographie cornéenne, puis à l’examen au microscope

Topograhie cornéenne



ORA

Ocular Response Analyser (ORA) :

Aux stades précoces , on peut avoir comme seul élément une hystérésis basse.


L’évolutivité

Elle est très variable.

Elle peut démarrer à la puberté , ou plus tard, et évoluer jusqu’à l’âge d’environ 30 ou 40 ans. Après cet âge, l’évolution est moins forte.

L’évolution est souvent différente entre les deux yeux.

La correction est fonction de l’évolutivité

Aux premiers stades on corrige par lunettes et lentilles de contact.

arrow1Si la cornée est trop déformée pour les lentilles cornéennes , les verres scléraux peuvent être indiqués.
arrow1S’il y a une évolutivité, on peut faire un renforcement de la cornée par Cross-linking.

En cas de difficultés avec les verres scléraux, les Anneaux intra-cornéens peuvent être proposés.

Au stade de fort amincissement de la cornée il peut être nécessaire de faire une Kératoplastie (greffe de cornée, parfois lamellaire antérieure, souvent transfixiante)

Cross-linking :

Anneaux intra-cornéens :

Kératoplastie :

Kératocône et chirurgie réfractive

D’une manière générale, le laser Excimer est contre-indiqué dans le kératocône, c’est pourquoi on essaye de dépister le kératocône avant une intervention réfractive, mais aux stades précoces ou avant, on ne peut pas toujours faire le diagnostic.

Un certains nombre de kératocône se développent après une intervention au laser.

Soit il y a eu une fragilisation trop importante de la cornée , soit il s’agissait d’un kératocône non visible, qui évolue après l’intervention.

En analysant le deuxième œil d’un patient ayant un kératocône avéré que souvent au début, il n’y a aucun signe permettant de faire le diagnostic.

La prédisposition au kératocône n’est pas diagnosticable .

Cela signifie qu’en cas de correction par laser, il faut informer le patient qu’une déformation cornéenne est possible et qu’en ce cas un traitement par Cross-linking peut être nécessaire.

Dans certains cas on proposera un Cross-liniking au moment de la réalisation du laser.

Sur des kératocônes avérés, un Cross-linking peut freiner l’évolution, mais ne permet pas d’améliorer la vision utile, et il est nécessaire de proposer des lentilles.

Dans les cas ou les lentilles ne sont pas tolérées, on peut discuter d’une correction réfractive par Anneaux , éventuellement si l’épaisseur de cornée est suffisante, complétée par laser Excimer, car les anneaux ne corrigent qu’un certain degré de myopie et d’astigmatisme,

Dans ces cas de correction on fait un renforcement de la cornée par le Cross-linking et on affaiblit la cornée par ablation tissulaire. Il faut donc faire une évaluation des avantages et des inconvénients de cette association.